Le portail de la Médiathèque départementale de
l'Aube et de son réseau de médiathèques

Partager, échanger

Rencontres d'auteur

  • Un auteur de BD à la rencontre de son public

    Un auteur de BD à la rencontre de son public

    Jeudi 6 et vendredi 7 juin, Loïc Dauvillier, auteur de BD mais aussi réalisateur de dessins animés et éditeur, est venu rencontrer des enfants à Soulaines, Buchères et Bar-sur-Aube. 

    Valérie de la Bibliothèque de Soulaines avait fait une proposition de rencontre avec les classes de da commune. La MDA a accepté la prise en charge financière par le Conseil départemental à condition que ces rencontres se déroulent dans d'autres lieux.

    Etant donné que Bar-sur-Aube avait déjà formulé une demande de rencontre avec un auteur et que la bibliothèque de Buchères manifestait un interêt autour de la BD pour la jeunesse, cette rencontre leur a aussi été proposée.

    A Soulaines, les institutrices, aidées de Valérie, avaient travaillé sur les BD et les dessins animés de Loïc Dauvillier. Un travail collectif a été remis à l'auteur le jour de sa venue. Chaque enfant avait préparé des questions puis un petit atelier a été organisé autour du dessin.

    La mairie a offert aux élèves de l'école une BD que l'auteur a dédicacé.
    Tous les participants de la journée ont été enchantés !

     

     

     

     

     

     

     

     


     

     

    Soulaines-Dhuys (Médiathèque)

    Soulaines-Dhuys (Médiathèque)

    2 rue du Plessis
    10200 Soulaines-Dhuys
    03 25 92 51 77
    mediatheque.soulaines@wanadoo.fr
    Imprimer
    Partager "Un auteur de BD à la rencontre de son public" sur facebookPartager "Un auteur de BD à la rencontre de son public" sur twitterLien permanent
  • Rêves en laine

    Rêves en laine

    Message d'Isabelle Sylvin de la médiathèque de Bouilly

    "Dans une recherche d'animations pour la suite de notre programmation 2019, j'ai pensé à une artiste que j'aime beaucoup: Célia Portail. Je l'ai contactée à tout hasard, elle est en Savoie. Elle a répondu de suite. 

    Célia peut venir en médiathèques, dans les écoles, etc.

     

    Ateliers envisageables : 

           - réalisation d'un tableau collectif  

           - confection de petits animaux, fleurs, fées... avec la technique du feutrage à l'aiguille

     

     

     

    Le temps de son séjour dans l'Aube, nous accueillerions, à Bouilly, l'exposition de ses réalisations et nous ferions la lecture de ses livres publiés chez La Belle Emeraude: http://www.belle-emeraude.com/

    Nous la ferions venir soit le mois de mai, soit le mois de juin.

    Si vous êtes intéressés pour l'accueillir dans votre médiathèque contacter :  Isabelle Sylvin, 03 25 73 41 26,  Médiathèque intercommunale de Bouilly" .

     

    Imprimer
    Partager "Rêves en laine" sur facebookPartager "Rêves en laine" sur twitterLien permanent

De la musique !

  • Projet intergénérationnel à Vendeuvre avec le Duo MAM

    Projet intergénérationnel à Vendeuvre avec le Duo MAM

    La fascinante histoire de l’accordéon par le DUO MAM

    Vendeuvre le vendredi 7 Juin 2019

     

    Au mois de Novembre dernier, la Médiathèque Départementale de l’Aube a proposé à l’ensemble des structures du département d’être partenaire pour mener des actions dans le cadre du dispositif de prévention de la perte d’autonomie des personnes âgées, entièrement financées par la Conférence des Financeurs.

    Quelle aubaine ! Recherchant une action d’envergure en faveur des personnes âgées, je n’ai pas réfléchi longtemps pour adhérer au dispositif. Il faut savoir qu’une de mes missions est de positionner la médiathèque comme un lieu de détente et de rencontre, favorisant les échanges et luttant contre l’isolement. Le lien social est pour moi le meilleur bouclier contre l’accélération du vieillissement et contre l’individualisme des jeunes. Il était donc évident que j’opte pour un projet intergénérationnel, et plus précisément musical. C’est bien connu la musique rapproche les générations. Mais la difficulté majeure dans ce projet était d’intéresser et de faire sortir les seniors Vendeuvrois.

    La proposition de représentations du DUO MAM était idéale. Elle m’a même permis de tisser des liens avec des partenaires locaux. Quoi de mieux que de travailler à plusieurs sur une même action que seule et isolée dans un coin, cela aurait été le comble du projet.

    Ainsi, il était essentiel de lier les générations et pour ce faire Mesdames Bourgeois et Fidji, maitresses de la classe de CE1/CE2 avec le soutien de Madame Dutheil directrice de l’école Pierre et Marie Curie de Vendeuvre-sur-Barse et Madame Roussette, animatrice à l’EHPAD Le Parc du Château de Vendeuvre-sur-Barse ont accepté de collaborer à ce projet.

     

    Un jour – Trois actions différentes sur trois sites …

    Le DUO MAM est d’abord intervenu à l’école. Tout un travail en amont a été effectué par les élèves. En effet, ils ont étudié les instruments par le biais des documents mis à disposition par la Médiathèque, appris la chanson « Accordez accordéons », et ont également réalisé de petits poèmes en l’honneur des personnes âgées qu’ils ont pu interpréter conjointement le jour J avec le DUO MAM, à la fin de leur représentation.

     

    Les grands-parents de tous les écoliers de l’école Pierre et Marie Curie ont été conviés pour l’occasion en fin de matinée. 15 grands-parents ont répondu présent. D’ailleurs, leurs petits-enfants ne faisant pas parti de la classe des CE1/CE2, ont été invité à les rejoindre pour un moment unique. Les grands-parents ont été très satisfaits de cette action d’autant que c’était pour la plupart la première fois qu’ils rentraient dans l’école.

    Faire intervenir le DUO MAM dans ce lieu avait pour objectif de rompre avec l’isolement et la routine en réunissant grands-parents et petits-enfants.

     

    Par la suite, en début d’après-midi, la classe de CE1/CE2 a rejoint le DUO MAM à l’EHPAD. Une représentation semblable à celle du matin a été réalisée : la chanson « Accordez accordéons » et les petits poèmes ont clôturé le spectacle, suivi par un moment très convivial avec un goûter partagé offert par l’EHPAD. L’objectif était que les enfants mettent à profit un peu de leur temps pour collaborer avec le DUO MAM et proposer ainsi aux aînés une action culturelle et musicale permettant d’aiguiser leur curiosité, leur attention et pourquoi pas leur faire raviver des souvenirs.

     

    Ainsi, les 30 résidents pouvant participés à cette représentation sont venus avec grand plaisir accompagnés de 9 salariés. Ce fut un vrai moment de complicité, gagnant-gagnant pour les aînés et les enfants !

    Par ailleurs, les personnes disposant du dispositif du « portage de repas à domicile » avaient également été invitées à les rejoindre. Un moyen de transport était à leur disposition gratuitement pour les y accompagner, mais aucun n’a souhaité y participer.

     

     

     

    Pour finir, à 18h, ce fut le tour de la Médiathèque d’accueillir le DUO MAM. La mise en place de ce projet a demandé un fort investissement, notamment pour la communication. Les affiches et flyers, bien que mentionnant la « Conférence des Financeurs », précisaient que   « La fascinante histoire de l’accordéon » était ouvert à tous. (Toujours dans l’optique de l’intergénération) Ils ont d’ailleurs été transmis à l’ensemble des partenaires et contacts de la commune de Vendeuvre-sur-Barse et très largement diffusé au sein de la commune. Le plan de communication classique a été suivi et sous toutes ses formes habituelles (diffusions papier, panneau lumineux, presse, facebook, sites web de l’« Office du tourisme des Grands Lacs », et de « Sortir dans l’Aube »). De plus ; il a été décidé d’inviter individuellement chacun des aînés de Vendeuvre-sur-Barse. Plus de 300 invitations ont donc été distribuées.

    Par ailleurs, afin de permettre à chacun de profiter de ce spectacle et en particulier pour les personnes non mobiles, un service de navettes gratuites, en collaboration avec la Maison pour Tous Centre Social de Vendeuvre-sur-Barse, été proposé. Seul, un couple avait opté pour cette option. Mais le moment venu, même si plus tôt dans la journée, il leur a été rappeler l’heure de la venue de la navette, ils n’étaient pas prêts et ne sont donc pas venus.

    Suite aux courriers, 59 personnes se sont inscrites, toutefois 72 personnes ont assisté à cette belle représentation que nous ont offert Viviane Arnoux et François Michaud. Des enfants du quartier s’étaient installés avant la prestation mais finalement ont changé d’avis avant même le début du spectacle. Quelle est la raison de leur départ anticipé ? « Comme on a vu qu’il n’y avait que des vieux, on a cru que c’était que pour eux, mais de toute façon, on entendait la musique de dehors !!! ».

     

     

    Ainsi, un projet intergénérationnel peut paraitre difficile à mettre en place, pourtant le nôtre a bien vu le jour et a rencontré un vif succès grâce au partenariat mise en place avec l’école élémentaire et la maison de retraite que je remercie vivement. Et surtout un grand merci à la Médiathèque Départementale de l’Aube qui est à l’initiative de cette action avec la conférence des financeurs et qui déniche toujours les bons artistes ou auteurs faisant que les animations sont toujours réussies.

     

    Un grand merci à tous… un partenariat sur d’autres thématiques à renouveler !!!

    Frédérique Huet

     

     

    Imprimer
    Partager "Projet intergénérationnel à Vendeuvre avec le Duo MAM" sur facebookPartager "Projet intergénérationnel à Vendeuvre avec le Duo MAM" sur twitterLien permanent
  • Une journée à Bouilly avec le duo MAM

    Une journée à Bouilly avec le duo MAM

    Vendredi 10 mai 2019, le duo MAM est venu à Bouilly, grâce à une proposition et à la prise en charge financière par le Conseil départemental via la Médiathèque départementale de l’Aube.
    Leur spectacle interactif « Voyage celte » a ravi les divers publics.


    Les 130 élèves des 6 classes de l’école élémentaire de Bouilly, Souligny, Javernant et Sommeval le matin battaient des mains en cadence (ou non !), enthousiastes. Le Duo MAM a présenté ses instruments et leur fonctionnement (accordéon, violon, alto), a fait chanter le public du Manau (Dans la vallée de Dana) ou participer à la bataille entre romains et celtes avec le morceau Celtic Jungle, leur a montré qu’un accordéon sait jouer du rock et les a embarqués dans une chanson de marin en dansant des mains comme dans un fest-noz.
    Les professeurs comme les élèves étaient enchantés de ce spectacle vitaminé.


    A l’EHPAD, 32 résidents et pour certains avec un membre de leur famille, trois membres du personnel ont assisté, les personnes âgées passives au démarrage se sont lentement laissées imprégnées par la musique, on a vu pour certains des mains et des pieds s’animer, d’autres ont chanté et la plupart ont largement applaudi, ravis de leur après-midi.


    Le soir, la médiathèque a accueilli 40 spectateurs pour écouter le concert du Duo. Les livres ont vibré aux rythmes celtes cadencés. Nous avons partagé ensemble un pot de l’amitié pour clore cette expérience joyeuse.


    Isabelle SYLVIN et Nadine BAILLOT, pour la médiathèque de Bouilly, Souligny, Javernant et Sommeval

    Bouilly-Souligny-Javernant-Sommeval (Médiathèque intercommunale).

    Bouilly-Souligny-Javernant-Sommeval (Médiathèque intercommunale).

    Impasse de la Médiathèque
    10320 Bouilly
    03 25 73 41 26
    mediatheque.bouilly@orange.fr
    Imprimer
    Partager "Une journée à Bouilly avec le duo MAM" sur facebookPartager "Une journée à Bouilly avec le duo MAM" sur twitterLien permanent
  • Festi'Coccinelle : que du bonheur !

    Festi'Coccinelle : que du bonheur !

    Une réussite totale, cette édition 2019 de Festi'Coccinelle !  Parents, animateurs, bibliothécaires, il faut venir à cette journée jeunesse  en plein air. C'est une occasion unique d'assister à plusieurs spectacles bien sûr, mais surtout de rencontrer, d'échanger et partager avec de nombreux acteurs socio-éducatifs (artistes, compagnies, animateurs d'atelier, bénévoles...) qui seront peut-être vos collaborateurs de demain.

    De 10h à 17h30, pas moins de 24 activités étaient proposées aux enfants : écoute d'albums, découverte du cinéma, confection d'un cerf-volant, détente et comptines pour les tout-petits, sensibilisation à la gestion des déchets, contes médiévaux, jeux en bois, initiation musicale, enregistrement radiophonique, céramique, dessins comme à la Préhistoire...etc.

    le site : https://www.festicoccinelle.org/

    Mais place maintenant à quelques photos commentées.

     

     

    Imprimer
    Partager "Festi'Coccinelle : que du bonheur !" sur facebookPartager "Festi'Coccinelle : que du bonheur !" sur twitterLien permanent
  • Le Duo Mam à Mussy sur Seine

    Le Duo Mam à Mussy sur Seine

    A Mussy sur Seine : une journée, trois lieux... et quelle ambiance !

    En partenariat avec la MDA , vendredi 8 novembre 2019, la médiathèque de Mussy sur Seine et l'association des Amis de la Lecture et du Patrimoine ont accueilli le duo MAM, Viviane Arnoux et François Michaux pour une journée mémorable.

    La première séance s’est déroulée à l’école Henri Chantavoine pour trois classes primaires dès 10H30. Après avoir donné quelques informations sur leurs instruments et avoir répondu aux questions des enfants, le concert s’est déroulé dans une ambiance devenant de plus en plus joyeuse et festive. La participation des enfants fut unanime du CP au CM2.

    L’histoire des Celtes et de leurs ennemis romains ainsi que les chants de marins ont permis à tous de chanter et de mimer les exploits des vaillants guerriers. Après  un temps plus calme où les musiciens purent répondre à quelques questions, les enfants enchantés et ravis promirent de revenir le soir au concert tout public.

    A 15H30, le Duo MAM se rendit à l’EHPAD des Glycines où  les attendaient les pensionnaires et la classe grande section de maternelle. Après avoir appris une petite chorégraphie avec les artistes et la chanson, les enfants écoutèrent avec les pensionnaires. A la  fin du concert, le duo accepta de jouer, à la demande de deux dames âgées, quelques romances de leur jeunesse. Un goûter réunit ensuite petits et grands.

       

     

     

    Le troisième rendez-vous eut lieu salle de la mairie à 18H30 et dès que les portes furent ouvertes, nous avons compris que le succès serait considérable. Il fallut remettre des chaises afin de pouvoir accueillir un grand nombre d’enfants (environ 25) qui avaient convaincu leurs parents de venir applaudir le Duo MAM. Nos adhérents étaient également venus en nombre (au total 90 personnes) et la soirée fut une vraie réussite. Les artistes du duo MAM à la fois virtuoses et comédiens firent la conquête de ce nombreux public si divers.

    Nos sincères remerciements vont aux sympathiques et talentueux  artistes, au Conseil Départemental, à Vincent et son équipe de  la MDA, aux enseignantes, à la municipalité de Mussy , à la direction de l’EPHAD et à notre public.

    Imprimer
    Partager "Le Duo Mam à Mussy sur Seine " sur facebookPartager "Le Duo Mam à Mussy sur Seine " sur twitterLien permanent

CR de formation

  • Jeux et enjeux culturels

    Jeux et enjeux culturels

    Quelles actions pour les publics éloignés de la culture ?

    « La culture est le seul bien au monde qui ne diminue pas si vous le partagez, mais qui ne fait que s’amplifier. » Hans Georg Gadamer

     

    Travailleurs sociaux et bibliothécaires réunis lors d'une formation co-organisée par la Médiathèque départementale, la Direction de l'insertion et la FDMJC

    Les objectifs :

    • - favoriser une meilleure connaissance des structures culturelles, du champ social et de l'insertion, 
    •  - sensibiliser à l’importance de développer des liens entre actions culturelle et sociale,
    •  - échanger sur les représentations de la culture et des publics,
    •  - identifier les freins et les facteurs de réussite d’une action à destination des publics éloignés de la culture.

     

    1. Des techniques théâtrales pour une réflexion par l'action

     

    La pédagogie adoptée pour cette formation n'a pas été d'apporter des éléments théoriques, il s'agissait de faire appel à la participation active des stagiaires. Les divers exercices ont permis de vivre des expériences, de les partager, d'en formaliser le ressenti pour faire émerger des réflexions ; démarche similaire à celle qu'il convient d'adopter pour une action culturelle. Il a été fait appel, entre autres, au théâtre-forum, outil tant artistique que démocratique, mis au point dans les années 60 par Augusto Boal dans les favelas de Sao Paulo : une scène sur une problématique est jouée une fois puis une seconde fois mais alors le public peut intervenir pour faire évoluer la tournure de la situation, tester des propositions.

    De nombreuses questions ont ainsi été mises en ébullition durant toute la journée : A quoi sert la culture ? en tant que professionnels, quelles sont nos représentations des différentes pratiques artistiques et culturelles ? comment inviter les publics à la curiosité ? comment se positionner professionnellement comme un relai, un passeur culturel ?

    Pour animer la formation, il a été fait appel à la compagnie FMR engagée dans des projets artistiques en zone rurale (A quoi rêve le Pays d'Othe), en milieu hospitalier et en lien avec l'éducation nationale ainsi que dans des actions de prévention par le théâtre forum (cet outil tant artistique que démocratique offre un support concret pour aborder un sujet).

    Les intervenants : Isabelle Aichhorn et Augustin Bécard de la Compagnie FMR (Fais-moi rêver) engagée dans des projets artistiques en zone rurale, en milieu hospitalier et en lien avec l’éducation nationale ainsi que dans des actions de prévention par le théâtre forum.

    A quoi rêve le Pays d'Othe ?  

    La mobilisation du public a été exceptionnelle lors des temps forts  (plus de 1000 personnes) grâce à une démarche axée sur les habitants et leur participation. Ceux-ci étaient sollicités sur leurs rêves pour le territoire où ils vivent, et invités  à identifier des voisins à photographier en vue de constituer un album de portraits représentatifs de tous les âges de 0 à 99 ans. Chacun s'est ensuite rendu dans les lavoirs où étaient exposées les photos et à assister à des spectacles.

     

     

    1. Porter attention à l'autre

    Les premiers exercices visaient à mettre en oeuvre l'écoute active, essentielle dans la relation à l'autre.

     

    Pour se présenter, poser sa main sur l'épaule de son voisin gauche, lui tendre l'autre main et énoncer son prénom, le voisin donne à son tour son prénom, le voisin de droite pose la main sur notre épaule et nous demande ce que notre voisin de gauche vient de dire. cet exercice ne s'avère pas si simple que cela à exécuter; se synchroniser avec le autres demande beaucoup d'attention.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Guider son partenaire qui a les yeux fermés pour l'aider à se déplacer. Là c'est la confiance, qui est en jeu ainsi que la stratégie mise en place entre les deux personnes. On a pu noter que chacun s'est approprié l'exercice en fonction de sa personnalité et de celle de son partenaire ; tout comme dans une action culturelle, le professionnel doit s'adapter à la personne qu'il accompagne.

     

     

    1.  

    2.  

    3. Pour vous, qu'est-ce que la culture ?

    Les exercices suivants ont permis de s'interroger sur les représentations de la culture :

                    - exprimer un avis sur une pratique, un genre en se positionnant d'un côté ou de l'autre d'une ligne blanche 

                    - donner des synonymes de transmission, information, culture, divertissement ...

    Force est de constater qu'entre nous, il peut parfois y avoir des clivages ou aussi des consensus. Il est fondamental d'être attentif à ces différentes représentations présentes également chez les publics avec lesquels une action est envisagée. A été également constaté que l'on peut apprécier une activité sans la pratiquer (ex : la poésie), et que l'on peut l'apprécier pour des raisons différentes.

    Salon du livre / consensus 

     

    Musique électro  / avis différents 

    .

     
    • Comment susciter l’envie du public de participer à une action ?

    Voici une interrogation commune à tous les participants et à laquelle ils ont pu trouver des éléments de réponse grâce à l'atelier suivant : par groupe de 3-4, les stagiaires ont réfléchi aux actions à mener en amont d'une sortie (pièce de théâtre, concert de jazz, visite d'un château...).

    Les propositions ont mis en évidence la nécessité de prendre bien souvent des chemins de traverse pour arriver à la sortie culturelle finale, celle-ci ne doit d'ailleurs pas être conçue comme un but en soi. Les actions en amont ont pour objectif d'établir une relation de confiance réciproque. Pour cela, il apparait important de partir des envies des publics, de trouver des points de rencontre, de s'appuyer sur quelques personnes, sur leurs compétences, leurs cultures et pratiques, ils se feront  le relai auprès des autres. Pour les actions collectives, la dynamique de groupe est un enjeu fort ; les annexes peuvent y contribuer (ex : covoiturage). Une attention particulière est à accorder à la notion d'échange de pratiques et de cultures ; le don est à appréhender au sens large (on sait combien un repas partagé peut y contribuer). Enfin, une place essentielle doit être donnée à la pratique artistique ; c'est par le vécu d'une expérience qu'on en trouve son intérêt, que le partage est possible. 


    Bon à savoir

    Mener des projets à destination des publics éloignés de la culture fait partie des missions des équipements culturels ; ils sont donc disposés à être associés.

    La médiathèque départementale est également à la disposition des travailleurs sociaux pour les accompagner à définir un projet, à faire le lien avec les structures locales, notamment bibliothèques. La direction est organisée en 5 secteurs suivis chacun par un bibliothécaire, référent de territoire.

     

     

     

    1. Pour résumer : quelques éléments de réflexion apportés aux interrogations initiales

    Pourquoi la culture pour des personnes en situation de précarité qui ont d’autres préoccupations ?

    C'est une bouffée d'oxygène. Cela renforce l'estime de soi.

    C’est un vecteur de cohésion de groupe, de confiance.

    Faire découvrir la région, ses richesses, son patrimoine pour l’apprécier, porter un autre regard sur le lieu où on vit,  ne plus entendre « c’est nul ici ».

     

    Comment susciter l’envie du public de participer à une action ?

    Adopter une démarche participative, impliquer le public avant, pendant, après.

    Prendre appui sur un noyau de participants, sur leurs pratiques ; ils prendront plaisir à les présenter aux autres, à relayer l’action ; ils en seront prescripteurs.

    Faire confiance aux participants, accorder une attention à leurs cultures, leurs pratiques ; se placer sur un pied d'égalité, de partage, ce face- à-face est facilitateur

    Partir des souhaits, des représentations culturelles des participants pour créer un parcours (ce qu’ils font, ce qu’ils aimeraient faire, veulent partager). Entendre le sens que les autres (y compris les partenaires) mettent sur le champ culturel. Etre en capacité d’accepter alors ce qui émerge.

     

    Comment partir de leur désir quand il peut être difficile de les verbaliser ?

    Passer par la pratique, l’expérimentation physique. Le rapport à l’émotion est dénominateur commun, il évite le clivage car il écarte toute notion de norme.

     

    Comment mettre en place une action quand le temps consacré aux personnes est limité, quand une action collective n’est pas possible ?

    Adapter son projet au temps disponible.

    Cibler 2-3 familles.  

     

    Autres facteurs de réussite d’une action

    Cibler un public précis même si l’action peut toucher un public plus large au final ; cela permet d’adapter les actions de médiation.

    Avoir recours aux ressources locales.

    Identifier les partenaires, artiste(s) pour une autre vision du projet, le co-construire avec eux.

     

    Paroles des participants à la formation

     

     

    Cette journée m’a conforté dans mon envie naissante de mener une action.

    Cela m’a permis de voir la problématique sous un autre angle.

    Encore quelques interrogations sur la faisabilité.

     

      J’ai adoré, on sort des sentiers battus. On se réinitialise.

    Besoin d’accompagnement.

    Avec les exercices pratiques, on a rappelé l’importance de l’attention à l’autre.

    Ça donne envie de mener une action.

     

    « La littérature ne change ni l’homme ni la société. Pour autant, l’absence de littérature rendrait l’homme encore plus infréquentable. » 

    Tahar Ben Jelloun

     

    Imprimer
    Partager "Jeux et enjeux culturels" sur facebookPartager "Jeux et enjeux culturels" sur twitterLien permanent
  • Quand la poésie va, tout va !

    Quand la poésie va, tout va !

     

    Marché de la poésie jeunesse – Tinqueux – jeudi 7 février 2019

    Quand la poésie va tout va !

    Intervention-atelier de Bernard Friot

     

    Compte-rendu rédigé par Stéphanie Gillis, conseillère pédagogique en arts visuels à la DSDEN

    Quand il s’empare d’un texte poétique, le lecteur est invité à être créatif, inventif. Plutôt qu’analyser, il a la possibilité de démonter et remonter le poème, car c’est à lui qu’il revient de « faire dire » au texte. S'accorder le droit de le déformer, réécrire pour se l'approprier.

    La conférence atelier a proposé des exemples concrets de lectures qui mettent la poésie en mouvement, la font vivre, sonner, murmurer, parler à tous les sens et en tous sens. Qui construisent, déconstruisent le poème car le texte est de la matière vivante.  A l'issue de chaque « atelier », les participants étaient invités à faire part de leurs impressions, questionnements ; le discours se développe à partir d'une pratique. En plus de vivre une expérience artistique, il est important de pouvoir la formuler (cf piliers de l'EAC).

    Présentation

    Un texte publié est un texte figé. Le poème ne dit rien par lui-même, ce sont les lecteurs qui le font vivre.

    Ci-dessous sont répertoriées des activités possibles de « lecture active », qui notons-le est un pléonasme.

    Les passages en italique correspondent aux commentaires de Bernard Friot.

    • Je peux lire un texte de plein de façons

    Activité 1

    1-Le maitre lit un poème.

    2-Quels mots vous restent dans la tête suite à la lecture ?

    Les élèves disent les mots ou groupe de mots, le maitre les note au tableau, dans l’ordre donné.

    3-Le maitre lit les mots écrits qui constituent l’empreinte du poème. Un autre texte est recomposé à partir des bribes qui restent à chacun.  

    Notre mémoire, nos émotions, filtrent les mots qui accrochent, résonnent.

    Activité 2

    1-Lecture 1 : Le maitre lit un poème mais pas tel qu’il est écrit : par exemple à l’envers ou en ne lisant qu’un vers sur deux.

    2-Lecture 2 : Le maitre lit le texte tel qu’il est écrit.

    3-Les élèves expriment leur ressenti.

    Des lectures différentes ne montrent pas la même chose. On ne cherche pas la lecture vraie du texte.

    Activité 3

    1-Un poème est divisé en 5 parties. Chacune est écrite sur un morceau de papier.

    2-5 élèves viennent se placer devant le groupe classe, dans l’ordre de leur choix. Chacun reçoit un papier.

    3-Lecture à haute voix de chaque partie du texte.

    4-Les élèves gardent le même texte mais changent de place. Relecture à haute voix.

    5-Le procédé est reconduit une nouvelle fois.

    6-Les élèves expriment leur ressenti.

    On assiste à la lecture de différentes versions d’un même poème proposé par l’écrivain. Le texte s’incarne par 5 voix différentes, 5 corps qui bougent dans l’espace. On peut lire une page imprimée comme la représentation d’un espace.

    Activité 4

    1-Les élèves, en individuel, vont lire un texte projeté. Chacun s’interroge alors sur le passage qui fait « Aïe !, Ouille !, Ah !... ». Il peut s’agir d’un mot, d’un groupe de mots, d’une phrase.

    2-12 élèves volontaires vont lire à tour de rôle le passage sélectionné.

    3-Les élèves expriment leur ressenti.

    Le texte a été construit puis déconstruit. Lire c'est retrouver le mouvement de l'écriture, pour cela il faut déconstruire le texte.

    • Une des façons de lire, c’est réécrire

    Activité 5

    1-Le maitre dicte une phrase et chaque élève pendant 3 minutes, poursuit l’écriture sur la lancée de cette phrase.

    Exemple : « J’abandonne mes belles choses … » (Lina Tibi)

    2-4 élèves volontaires lisent leur texte devant la classe, un texte après l’autre, sans commentaire entre chaque lecture.

    3-Les élèves expriment leur ressenti.

    C’est une « écriture par bouture » : je prends un morceau d’un poème et j’en fait autre chose pour partir vers une autre destination, une autre terre, l’inconnu…

    4-Lecture par le maitre du poème initial.

    La restitution des différents textes permet à chacun d’enrichir sa lecture. L'importance du « je » est réaffirmée alors que dans la culture scolaire, on désapprend à lire à la 1ère personne ; peu de questions dans les manuels qui s'adressent au lecteur lui-même.

    Activité 6

    1-Le maitre lit un poème en le transposant du masculin vers le féminin ou inversement.

    2-Le maitre relit le texte sans la transposition.

    3-Les élèves expriment leur ressenti.

    Par cette opération grammaticale, le texte est radiographié. En le transformant, je lui fais dire quelque chose de différent. La poésie est un des moteurs de l'apprentissage de la langue.

    • Lire ensemble

    Activité 7

    Quand je pense à la mer, Jacqueline Daoud

    1-11 élèves lecteurs se portent volontaires pour lire 1 des 11 vers du poème. Les lecteurs sont debout devant le groupe classe, positionnés en groupe de 3 – 3 – 5 (=structure visuelle du poème).

    2-Chacun lit un vers, en se passant le texte.

    3-Les élèves expriment leur ressenti.

    Pour beaucoup d’élèves l’expérience de la poésie c’est la récitation. Ici, on lit le texte de manière collective avec des voix différentes pour faire entendre différemment. La structure graphique du poème s’incorpore au personne.

    Activité 8

    Le cancre, Jacques Prévert

    1-1 élève lecteur se porte volontaire.

    2-Le maitre propose un rythme au reste de la classe. Par exemple : « Oui/Non ».

    Les élèves répètent de manière régulière et ensemble : « Oui/Non ».

    3-L’élève lecteur commence la lecture du poème, contraint par le rythme du groupe classe.

    4-Les élèves expriment leur ressenti.

    Le lecteur doit adapter sa lecture, faire avec et vivre physiquement le poème.
    On écrit sur un rythme, le rythme est un élément du poème.

    Activité 9

    Je t’aime, Pierre Soletti (voir page suivante)

    1-1 élève lecteur se porte volontaire.

    2-Le maitre propose aux élèves de choisir une position pour dire au lecteur « Je t’aime » de la manière qu’il le souhaite. Par exemple se mettre debout et crier « Je t’aime ».

    3-La lecture commence.

    4-Les élèves expriment leur ressenti.

    Il s’agit d’une expérience collective, on n’est plus dans l’image de la poésie intime. Plus on permet aux élèves de vivre les textes de manières différentes et plus ils auront de chance de rencontrer les textes. Offrir de vivre de multiples expériences de la poésie permettra aux élèves d’en trouver une qui leur convient.

    Chant de guerre - Pierre Soletti - livre d’artiste (XXII exemplaires) -aux éditions de Rivières (Alès) interventions plastiques d’Yves Olry

    "je t’aime de stupeur & d’éboulis je t’aime d’étonnements je t’aime la chair & les séquelles je t’aime entier je t’aime entière je t’aime humanité qui s’essouffle je t’aime de rester sur ta chaise je t’aime quand tu te lèveras je t’aime travailleur émérite je t’aime paresseux chronique je t’aime mes morts par milliers je t’aime mes millions de disparus je t’aime & je crève en même temps je t’aime potence je t’aime gibier je t’aime je t’aime à en crever je t’aime légende intime pour la démesure de tes rêves que l’on taille je t’aime pauv’ con je t’aime en long & de travers je t’aime aussi dans la misère indien décimé de toute part de toute époque & de tout lieux je t’aime je t’aime c’est décidé je t’aime mon père ouvrier je t’aime esclave de ma peau noire je t’aime ma mère des passions je t’aime mes frères je t’aime ma sœur je t’aime je t’aime pour l’ivresse absolue de t’avoir vue la première fois je t’aime de rage je t’aime joie je t’aime espoir dans le grenier du dégoût je t’aime dans la fureur tout en bas je t’aime gros con du front national je t’aime en couleur je t’aime en noir je t’aime rouge je t’aime blanc je t’aime comme rarement je t’aime en chair je t’aime en os je t’aime poussière qui voyage je t’aime frontière je te déteste je t’aime en vers & contre tout je t’aime assise je t’aime debout je t’aime fusillée des nuages je t’aime sous les pavés d’orage je t’aime au cœur des solitudes je t’aime chimères éventrées du destin dans la soute de tes espérances crues je t’aime humanité qui s’essouffle je t’aime humanité je t’aime je t’aime dans les coins les recoins les bas-fonds les injonctions je t’aime un soupir à la main je t’aime animée je t’aime immobile je t’aime cotée en bourse je t’aime à poil sous la grande ourse je t’aime un pied dans la rigole je t’aime en plein cœur des naufrages je t’aime à terre ou à la nage je t’aime dans les tranchées dans la boue je t’aime debout à genoux je t’aime aller je t’aime retour je t’aime amour je t’aime dans les coins les recoins je t’aime sans créances sans retenue je t’aime sans acompte sans compter je t’aime"

    Activité 9

    1-1 élève lecteur se porte volontaire.

    2-Proposer à la classe de bavarder.

    3-L’élève commence sa lecture à voix haute.

    4-Après la lecture, demander aux élèves quels sont les mots qui sont arrivés jusqu’à eux ?

    Il y a des règles, il faut les renverser !

     

    Imprimer
    Partager "Quand la poésie va, tout va !" sur facebookPartager "Quand la poésie va, tout va !" sur twitterLien permanent
  • Quand les bénévoles retournent à l'école

    Quand les bénévoles retournent à l'école

    Quand les bénévoles retournent sur les bancs de l'école.

     

    Mercredi  15 mai, à l’initiative de Denise Viau, les équipes de la bibliothèque d’Etourvy et des points-lecture de Coussegrey, Chesley et Prusy ont sacrifié quelques heures de ciel bleu et se sont retrouvées pour une après-midi studieuse sur les bancs de l’école de Chesley.  L’objectif était de former les participants à l’utilisation du nouveau portail de la Médiathèque départementale de l’Aube.

    Au programme : rechercher dans le catalogue, réserver en ligne, proposer des achats et des coups de cœur, consulter le compte de sa bibliothèque et le calendrier des dessertes, s’inscrire aux formations proposées par la MDAube. Eh oui, le site AubeMédiatèque donne accès aux bibliothèques à tous ces services.

    Une prochaine séance pourrait être programmée pour aborder les aspects purement contributifs du portail.

    Merci à Audrey Noble, bénévole et institutrice à Chesley, qui a aimablement mis sa salle de classe et ses ordinateurs à disposition des stagiaires permettant ainsi à cette formation de se dérouler dans des conditions parfaites de travail, d’échanges et de convivialité.

    Chesley : Audrey Noble, Michèle Morizot, Denise Viau

    Coussegrey : Jean-Marc Pillon, Evelyne Morizot

    Prusy : Madeleine Cottey, Stéphanie André

    Etourvy : Geneviève Lasnier

    Intervenant : Jean-Philippe Schweitzer, bibliothécaire référent du secteur du Pays d'Othe et d'Armance   

     

    Pour rappel : le 4 juin formation Le nouveau portail de la MDAube, ouverte à tous les bibliothécaires, salariés et bénévoles.

     

     

    Chesley (Point-lecture)

    Chesley (Point-lecture)

    12 rue haute
    10210 Chesley
    03 25 70 00 10
    mairie.chesley@wanadoo.fr
    Imprimer
    Partager "Quand les bénévoles retournent à l'école" sur facebookPartager "Quand les bénévoles retournent à l'école" sur twitterLien permanent
  • Les voyageurs du numérique

    Les voyageurs du numérique

    Le numérique à portée de tous

     

     

    Connaissez-vous un lien entre des crudités et un ordinateur ? Seriez-vous capable de l'expliquer sans avoir accès à internet ? N'ayez aucune inquiétude, nous allons tout vous expliquer !

     

     

     

    Du numérique aux carottes râpées, il n'y a qu'un pas...

    Vous souhaitez expliquer ce qu’est un algorithme mais vous ne savez pas comment faire ? Prenez l’exemple des carottes râpées ! Pour réaliser des carottes râpées prenez des carottes, épluchez-les, râpez-les, mettez le tout dans un saladier, ajoutez de la vinaigrette puis servez. Cet exemple simple permet de comprendre qu’un algorithme est une suite d’actions données à un ordinateur.

    Vous pouvez prendre également l’exemple de « l’ami à programmer » pour ajouter la notion de choix : vous jouez à un jeu avec votre ami mais celui-ci est un mauvais perdant. Soit votre ami gagne et il est content. Soit il perd et il va être de mauvaise foi. Si la situation empire, il va même se mettre à tricher. Cet exemple a pour but de montrer qu’en fonction d’un choix, une situation arrivera et si vous faites un autre choix, ce sera une autre situation comme dans un algorithme.

     

    Un crayon et du papier suffisent pour expliquer le numérique ! 

     

    Vous aimeriez parler des données numériques à des enfants ? Faites un mini questionnaire avec des informations simples (êtes-vous une fille ? un garçon ? avez-vous un chien à la maison ?). Après avoir mis en commun les informations, vous vous rendez compte que 90% des enfants ont un chien. Vous pouvez ainsi leur expliquer que s’ils avaient entré ces informations sur Facebook, ils auraient eu des publicités de croquettes pour chien. Ainsi avec une simple feuille et un crayon, vous pouvez aborder la notion de données. 

     

     

     

    Un logiciel pour « scratcher »

    Ce logiciel éducatif apprend aux enfants à coder pour créer des jeux vidéo simplement et sans internet : comment faire avancer un chat, comment ajouter des bruitages et des interactions avec d'autres personnages. Un atelier ludique pour comprendre notre environnement numérique contemporain. 

     

    Les voyageurs du numérique, une structure ressource

    Ces exemples ont été présentés lors de la journée d’étude du 28 mars 2019  « Nouveaux usages, Nouveaux publics : quelles compétences et identités professionnelles dans les espaces de savoirs ? » organisée à Canopé Reims ;  Bibliothèque sans frontières y a décrit son programme « Les voyageurs numérique ». L’objectif de cette présentation était de montrer qu’il était tout à fait possible de parler de numérique sans avoir accès à internet.

    Les voyageurs du numérique est un programme d'éducation au numérique (ex : programmation informatique, protection des données). Il a pour mission de former les personnes qui seront au contact du public. Son site web donne accès à de nombreuses ressources comme des fiches pédagogiques ou des activités avec des exemples simples et à la portée de tous. Les voyageurs du numérique proposent également des ateliers.

     

     

     

     

    Imprimer
    Partager "Les voyageurs du numérique " sur facebookPartager "Les voyageurs du numérique " sur twitterLien permanent
  • Hackathon

    Hackathon

    24 heures, non stop, pour imaginer de nouveaux services.

     

    Claire Chickly,  chargée de mission innovation ouverte à la Bnf, nous parle du « hackathon », un concept de travail collaboratif en pleine émergence.

     

    CR d'une intervention lors de la journée d’étude du 28 mars 2019  « Nouveaux usages, nouveaux publics : quelles compétences et identités professionnelles dans les espaces de savoirs ? » organisée à Canopé Reims. 

     

     

     

    Qu’est-ce qu’un « hackathon » ?

    C’est un évènement organisé par une structure qui rassemble en un même lieu des personnes volontaires dans le but de ressortir avec des idées voire des prototypes qui permettront d’améliorer et/ou de créer de nouveaux services. Le hackathon peut se dérouler sur quelques heures comme sur plusieurs jours.

    Un hackathon à la Bnf

    Depuis 2016, la Bnf organise chaque année une grande journée « hackathon ». Les participants se réunissent pendant 24 heures afin de réfléchir sur un thème donné. Les participants se rencontrent, échangent leurs idées et ont aussi la chance de passer une nuit à la Bnf. Comme l’a expliqué Claire Chickly lors de son intervention, c’est un « évènement fédérateur ». Pour elle, le hackathon est également un moyen de donner une image plus innovante de cette grande institution. La première édition avait d’ailleurs réuni 70 personnes.

     

    Qui sont les Hackathoniens ?

    Mais qui sont réellement ces adeptes du hackathon ? Claire Chickly a identifié des profils très variés :

    • Les « Gallicanautes » qui sont les personnes utilisant le site Gallica, et qui participent à la diffusion des documents du site ; 
    • Des « culturogeeks » qui, selon Claire Chickly, sont des personnes aimant ce type d’évènement ; 
    • Des chercheurs et des développeurs, 
    • Des « Wikimédiens », 
    • Ou encore des designers.

    Concernant l’organisation du hackathon, les employés de la Bnf sont aidés par des bénévoles.

     

    Comment cela se passe ?

    Durant les 24 heures, un jury vient voir à trois reprises les candidats pour les aider, les conseiller et les orienter afin d’améliorer leur production. Les hackathoniens doivent suivre un thème donné, par exemple la musique pour la première année ou la jeunesse pour la seconde. Le groupe gagnant voit son projet développé par la Bnf.

     

    L’émergence de nouveaux services

    Le premier lauréat était le projet Gallicarte qui est une carte interactive permettant de géolocaliser un fonds. La deuxième année c’était Musiviz qui propose deux fonctionnalités permettant d'améliorer la recherche et la consultation des documents sonores dans Gallica avec l’aide d’ondes et de spectrogramme. L’année dernière, c’est le projet Mix Tes Romans qui l’a emporté. Cet outil permet de s’approprier des œuvres du programme scolaire et génère un jeu de cartes : les élèves réinventent ainsi des histoires.

    D’autres projets non lauréats ont été également remarqués comme un photomaton pour se prendre en photo avec des archives de Gallica en fond ou encore le projet Gallica Lol qui génère des « mèmes » qui sont les archives de la Bnf accompagnées d’un message humoristique, destinées à être diffusées sur les réseaux sociaux.

     

    De la théorie à la pratique

    Pour des raisons techniques, pour l’instant aucun des projets lauréats n’a vu le jour. Cependant en 2017, la Bnf a créé Gallica Studio afin de recenser les projets réalisés avec les ressources de Gallica. L’objectif est de valoriser les réutilisations à travers ce site.

    Même si tous les projets ne sont pas exploités, Claire Chickly l’assure, les contenus sortant du hackathon ne sont pas réalisés en vain et deviennent pour la Bnf, de véritables sources d’inspiration.

    Le hackathon a donc encore de beaux jours devant lui….

     
    •  
    Imprimer
    Partager "Hackathon " sur facebookPartager "Hackathon " sur twitterLien permanent

Et aussi

  • Atelier participatif à Saint-Germain

    Atelier participatif à Saint-Germain

    ensemble aménageons notre médiathèque ... pour de nouvelles activités

     

     

     

    Le 11 juillet dernier, les bibliothécaires et les bénévoles de Saint-Germain ont participé à un atelier participatif concocté par Adeline, Sylvie et Anne-Sophie de la MDAube.

    Il s'agissait de repenser ensemble les espaces du rez-de chaussée pour  :

       - renouveler l'image de la bibliothèque pour d’autres usages ; 

       - donner envie aux usagers de rester plus longtemps ; 

       - favoriser les échanges, renforcer la convivialité. 

     

    A votre tour, vous avez envie d'organiser un atelier de ce type ; en voici le déroulé et contactez votre référent à la médiathèque, il vous accompagnera avec plaisir dans la mise en place de cet atelier.

     

    Deux nouveaux espaces : cosy pour des siestes littéraires et musicales / créatif et participatif pour échanger des savoir-faire et matériels.

    Chacun devait apporter un objet représentant sa passion ou son loisir, bien sûr en dehors des livres, CD ou DVD.

    C'est à partir de cet objet que les participants ont dévoilé l'ambiance où ils se sentent à l'aise.

     

    Après plusieurs pistes de réflexion, deux espaces pourraient voir le jour : un coin cosy et un espace d'échange de loisirs créatifs   

                                         

     

    A la fin de l'atelier, l'équipe de Saint-Germain devait peaufiné les détails pour le présenter aux élus.

     

    Saint-Germain (Médiathèque)

    Saint-Germain (Médiathèque)

    Rue des Cerisiers
    10120 Saint-Germain
    03 25 72 52 35
    contact@mediatheque-saintgermain.fr
    Imprimer
    Partager "Atelier participatif à Saint-Germain" sur facebookPartager "Atelier participatif à Saint-Germain" sur twitterLien permanent
  • "La chenille qui fait des trous" a 50 ans !

    "La chenille qui fait des trous" a 50 ans !

    Cette année, "la chenille qui fait des trous" d'Eric Carle fête ses 50 ans !

    Quelle autre chenille peut se vanter d'avoir tant voyagé et tant grignoté ?

     

     

    Cet ouvrage s'est vendu à des millions d'exemplaires à travers le monde et a été traduit dans 65 langues dont 630 000 exemplaires en français.

    Depuis ce premier best seller, la carrière d'Eric Carle est jalonnée de succès de librairie internationaux et de prestigieuses récompenses.

    L'auteur a publié plus de 70 livres ; son style très personnel et sa technique du collage sont reconnaissables entre mille.

    Son atelier est rempli de feuilles de papier de soie, soigneusement classées par couleurs. Ces papiers, Eric Carle les peint à la main. ce papier très fin et translucide laisse toute la liberté possible aux couleurs. Les gestes de l'artiste rendent chaque feuille unique et le motif est inédit à chaque fois. Les couleurs acryliques créent sa palette de couleurs et de textures. Ensuite, il découpe et déchire ces papiers peints avant de les coller sur un panneau, qui sera le support final de son oeuvre.

    Nous vous invitons à découvrir ou à redécouvrir ces titres incontournables de la littérature de jeunesse.

     

     

    Le raconte-tapis est désormais disponible à la MDA.

     

     

     

     

     

     

    Imprimer
    Partager ""La chenille qui fait des trous" a 50 ans !" sur facebookPartager ""La chenille qui fait des trous" a 50 ans !" sur twitterLien permanent